Ste Rita, Rue 8.036, N°493 +22921325944 contact@gecaprospective.com

AVIS DE RECRUTEMENT POUR LE PROJET COMMUNAUTAIRE DE REDRESSEMENT ET DE STABILISATION DU SAHEL (PCRSS)/NIGER

La région du Sahel est confrontée à une série de défis persistants, notamment l’insécurité alimentaire, la croissance démographique, la sécheresse, les inondations, les conflits communautaires et le terrorisme qui menacent la stabilité et la souveraineté des populations et des États. En 2020, la pandémie du Coronavirus est venue aggraver la situation déjà difficile.

Ces défis ont entraîné des besoins humanitaires considérables et des déplacements à grande échelle des populations. Entre juin et août 2020, on estime à 5,5 millions de personnes au Burkina Faso, au Mali et au Niger qui sont en situation d’insécurité alimentaire aiguë dont 2,1 millions dans la région du Liptako-Gourma.

Cette zone de trois frontalières entre le Niger, le Burkina Faso et le Mali reste la plus impactée par cette crise humanitaire, avec des flux incessants des réfugiés et des personnes déplacées internes (PDI), au gré des attaques intempestives des terroristes. On assiste à une détérioration accélérée des conditions de vie des déplacés mais aussi de leurs communautés d’accueil.

La réponse à cette crise transfrontalière nécessite une approche régionale, concertée et inclusive des pays concernés. Forts de cette conviction le Niger, le Burkina Faso et le Mali, en partenariat avec la Banque Mondiale, ont envisagé d’y apporter une réponse immédiate et durable à travers la mise en œuvre d’un Projet Communautaire de Redressement et de Stabilisation du SAHEL (PCRSS). Il s’agit pour ces trois Etats de relever le double défi de répondre aux besoins immédiats de ces populations et de créer les conditions d’un développement territorial durable de cette zone du Liptako.

L’objectif de développement de ce projet est de contribuer au rétablissement des communautés dans les zones cibles de la région du Liptako-Gourma au Burkina Faso, au Mali et au Niger à travers une approche régionale, en soutenant (i) des services et des infrastructures socio-économiques intégrés, (ii) des moyens de subsistance et un développement territorial, et (iii) des données régionales et une coordination.

Le projet sera mis en œuvre à travers les cinq (5) composantes suivantes :

Composante 1 : Réponse Immédiate à la Crise : la première composante se concentrera sur la réponse immédiate à la crise dans les communes impactées. Elle vise à soutenir les communautés en développant leurs capacités de résilience et à prévenir de nouveaux déplacements forcés dans les zones ciblées.

Composante 2 : Soutien transitoire vers la stabilisation et le développement territorial : cette composante vise à jeter les bases de la stabilisation et du développement territorial à travers la mise en place des plateformes de développement communautaire durable. Elle favorisera la cohésion sociale, l’accès des communautés aux services sociaux et aux opportunités économiques et les interventions de développement territorial axées la gestion durable de l’environnement et des ressources naturelles partagées

Composante 3 : Plateforme Régionale de Données et de Coordination : Cette composante appuiera le renforcement de la coordination entre les autorités locales et nationales ainsi que la compilation de données multisectorielles sur le développement de la région de la zone d’intervention afin de :

 (a) suivre les progrès des principaux indicateurs de développement dans la région ;

(b) faciliter les futures décisions d’investissement et une approche cohérente et concertée entre les trois pays ;

 (c) coordonner et harmoniser les approches des partenaires humanitaires et de développement et le secteur privé.

Composante 4 : Gestion du Projet : Elle financera (i) la planification, la mise en œuvre et la supervision technique des activités du programme ; (ii) la gestion efficace des risques environnementaux et sociaux ; et (iii) la gestion financière et la passation des marchés. Les organisations gouvernementales aux niveaux régional, national, sous-régional et local seront fortement impliquées dans la mise en œuvre du projet avec un soutien adéquat au renforcement de leurs capacités.

Composante 5 : Composante d’Intervention d’Urgence Contingente (CERC) : Il sera mis en place un Fonds d’urgence qui pourrait être déclenché, en cas de catastrophe naturelle ou humaine, par déclaration officielle d’une urgence nationale, ou sur demande officielle de l’un des gouvernements.

Les présents termes de références sont élaborés pour recruter le coordinateur adjoint dudit projet.

La gestion du projet est assurée par une Unité de Gestion du Projet (UGP) qui devrait être composée de :  Un Coordonnateur du projet, un Coordonnateur adjoint, un spécialiste en passation de marché, un spécialiste en gestion administrative et financière, un spécialiste en suivi et évaluation, un spécialiste en sauvegardes environnementales, un spécialiste en sauvegardes sociales, un spécialiste en genre et violence basée sur le genre, un expert en génie rural ( responsable infrastructure), un spécialiste en stabilisation et gestion des catastrophes, un expert en sécurité, un expert en Gouvernance et Gestion de connaissances, un expert en communication, un comptable principal, un assistant  comptable, un assistant comptable, un assistant en Passation de Marché.

Le recrutement du personnel sera assuré par le groupement de cabinets pour lequel les présents termes de référence sont élaborés. Les postes concernés pour le démarrage du projet sont :

  1. Un (01) Coordonnateur national adjoint
  2. Un (01) Comptable principal
  3. Un (01) Expert Social
  4. Un (01) Spécialiste en Gestion Financière  
  5. Un (01) Spécialiste en Passation des Marchés
  6. Un (01) Expert environnemental

POSTE 1.       UN (01) COORDONNATEUR ADJOINT

MISSION, RESPONSABILITES ET TÂCHES

Sous la supervision de la coordination du Secrétaire Exécutif de la SDS et Coordonnateur National du PCRSS/3F, le coordonnateur National Adjoint a pour mission d’appuyer, d’assister la coordination, la supervision et le suivi des opérations du projet.

De manière spécifique, le coordonnateur national adjoint a pour rôle de contribuer à :

  • la supervision des fonctions techniques, administrative et financière du projet ;
  • l’application et au respect des directives du manuel d’exécution du projet ; 
  • la vérification des dépenses et demande de décaissements avant leur soumission à l’approbation du coordonnateur ;
  • la coordination de la préparation et du suivi des réunions des travaux du Comité de Pilotage du projet et d’en assurer le secrétariat en relation avec le chef du bureau opérationnel de TILLABERI ;
  • l’organisation de renforcement de capacités des staffs et des partenaires sur les thématiques clés du projet ainsi que sur les stratégies et méthodes ;
  • la tenue d’un plan d’exécution détaillé de toutes les activités du projet avec les résultats attendus et les indicateurs objectivement vérifiables ;
  • la sélection de toutes les ressources humaines (spécialiste(e)s et consultant(e)s) directement recrutées par la coordination du projet et leur évaluation annuelle de performance ;
  • L’évaluation des besoins en renforcement de capacités de l’équipe en adéquation avec les objectifs du projet
  • L’organisation du renforcement des capacités des staffs et des partenaires sur les thématiques clés du projet ainsi que sur les stratégies et méthodes utiles au projet

Par ailleurs, le/la Coordonnateur (trice) National (e) Adjoint (e) est chargé de :

  • Superviser et préparer le Plan de Travail et Budget Annuel en concertation avec toutes les parties prenantes
  • S’assurer de la Transmission du PTBA à la banque au plus tard le 05 Décembre pour les activités à planifier l’année suivante ;
  •  S’assurer de la Non-objection de la Banque mondiale sur le PTBA avant le commencement de toutes activités ;
  • requérir l’avis du coordonnateur pour l’approbation des engagements et l’ordonnancement des règlements ;
  • Assurer la relation avec le bailleur à qui devront être soumis pour information ou approbation tous les documents techniques (Plan de travail, budget, PPM, documents d’appel d’offres, rapports d’activités et financiers du projet, rapports des agences d’exécution, demandes de décaissement, demandes de réalimentation du compte désigné, rapports de suivi financier, Rapport Financier Intermédiaire non Audité) ;
  • Superviser les activités de communication et sensibilisation des bénéficiaires du projet, ainsi que celles de sauvegardes environnementales et sociales.
  • mettre à la disposition de la tutelle, d’autres ministères techniques et institutions spécialisées concernés, le bailleur de fonds et les unités de mise en œuvre, toutes les informations utiles pour leur permettre de suivre l’évolution du projet et favoriser une bonne concertation et coordination ;
  • superviser et contribuer à la préparation des rapports trimestriels, des rapports d’avancement du projet, des rapports financiers, à la mise à jour du cadre de suivi évaluation et tout autre rapport utile sur les activités du projet tout en s’assurant de la qualité et en y incluant les difficultés de mise en œuvre ainsi que les recommandations ;
  • assurer la circulation de l’information entre le coordonnateur du projet, l’équipe opérationnelle de TILLABERI, la Banque mondiale, le Ministère du Plan et les autres partenaires de mise en œuvre du projet ;
  • exercer toutes autres tâches à lui confiées par le coordonnateur dans le cadre de la mise en œuvre PCRSS/3F.
  1. QUALIFICATIONS ET APTITUDES REQUISES
  1. Formation et expériences.
  • Être titulaire d’un diplôme de formation supérieure d’au moins (Bac+5) dans le domaine de sciences économiques et gestion, du développement rural (agriculture, environnement, génie civil etc.) de la planification ou dans toute autre discipline similaire ;
  • Avoir 10 ans d’expériences dans le domaine de gestion de projet de développement (de préférence financés par la Banque mondiale) ;
  • Disposer d’une expérience d’au moins de 5 ans dans un poste similaire d’un projet financé par la Banque mondiale ou un partenaire technique et financier ; 
  • Aptitudes
  • Avoir une maitrise de l’outil informatique et des logiciels courants (Word, Excel, Powerpoint ; internet) ;
  • Avoir une maîtrise des logiciels d’analyse de données ;
  • Avoir une bonne maitrise à l’écrit et à l’oral du français, une bonne connaissance de l’anglais serait un atout ;
  • Etre apte à travailler en équipe et dans les zones du projet (une bonne connaissance de la zone du projet serait un atout)
  1. Lieu d’affectation, durée du contrat

Le/la coordonnateur (trice) national (e) adjoint(e) sera basé (e) à Niamey, avec des déplacements dans les pays du Liptako-Gourma (Burkina Faso, Mali et Niger) et la région de TILLABERI. Il/elle est recruté (e) pour une durée d’un an renouvelable chaque année sur la base des résultats d’une évaluation des performances qui sera réalisée avant la fin de ladite année du contrat.

La date de début de contrat est prévue pour le 15 octobre 2021

  • Nature du contrat.

Le consultant sera sélectionné selon la méthode « Consultant Individuel » en conformité avec le Règlement de Passation des Marchés pour les Emprunteurs sollicitant le Financement de Projets d’Investissement (FPI)” (Juillet 2016), révisé en Novembre 2017 et en Août 2018, et ouvert à tous les consultants de pays éligibles tels que définis dans les Règles de passation des marchés.

Il reste entendu que le recrutement d’un candidat fonctionnaire doit satisfaire aux dispositions de la clause 3.23 d) du « Règlement de Passation des Marchés pour les Emprunteurs sollicitant  le Financement de Projets (FPI) » de Juillet 2016, révisé en Novembre 2017 et Août 2018, qui précisent que les représentants du gouvernement et les fonctionnaires du pays de l’Emprunteur peuvent être engagés pour des marchés portant sur des services de conseil, à titre individuel ou en tant que membres de l’équipe d’experts d’un bureau de consultants uniquement lorsque (i) leurs services sont d’un caractère unique et exceptionnel, ou leur participation est indispensable à l’exécution du projet; (ii) leur engagement ne créera pas de conflit d’intérêts ; et (iii) leur engagement n’enfreint aucune loi, règlementation ou politique de l’Emprunteur.

  • Critères d’évaluation

Au cas où la coordination du projet fixe au coordonnateur adjoint des objectifs quantifiables (avec indication d’un système de notation, associée), l’évaluation s’effectuera sur la base de tels critères. Le contrat sera reconduit ou résilié en fonction des résultats de l’évaluation. Il sera informé au moins un mois avant la fin du contrat, des résultats de l’évaluation et de la décision de reconduire ou de résilier le contrat. De même, en cas de décision de l’intéressé de démissionner, il sera soumis à l’obligation de respecter le délai d’un mois de préavis.

POSTE 2.       COMPTABLE PRINCIPAL

  1. MISSION, RESPONSABILITES ET TÂCHES.

Sous la supervision directe du Spécialiste en Gestion Financière, le Comptable principal coordonne les travaux comptables et assiste le Spécialiste en Gestion Financière dans la réalisation des tâches administratives et financières. Il est particulièrement chargé de : 

  • s’assurer de la réception régulière et du contrôle  des justificatifs des dépenses reçus ;
  • codifier les pièces justifiant les transactions faites au titre des projets (achats de biens, fournitures, services et investissement, banques, caisse, opérations diverses) ;
  • effectuer la saisie comptable des pièces et vérifier les états de saisie ;
  • établir les demandes d’achat et d’investissement ;
  • tenir les journaux auxiliaires (banques, caisse, opérations diverses) ;
  • établir les états de rapprochement bancaire ;
  • effectuer l’inventaire physique périodique des espèces en caisse ;
  • assurer le suivi des immobilisations (tenue et mise à jour du fichier des immobilisations) ;
  • réceptionner les achats de petites fournitures du projet ;
  • organiser l’inventaire physique des stocks de fournitures ;
  • valoriser les stocks de fournitures en fin d’exercice ;
  • préparer les Demandes de Retrait de Fonds (DRF) et les Demandes de Paiement Directe (DPD) à transmettre à l’IDA et suivre leur transmission jusqu’à leur envoi à la Banque Mondiale ;
  • tenir le registre de suivi des demandes de retrait de fonds ;
  • préparer les justificatifs nécessaires au réapprovisionnement des comptes du projet ;
  • assurer le traitement et le paiement des salaires du personnel ;
  • préparer les informations comptables et financières nécessaires aux missions d’audit et de contrôle ;
  • initier toutes les correspondances comptables ;
  • assurer la conservation et l’archivage des pièces comptables.
  • QUALIFICATIONS ET APTITUDES REQUISES

Formation, expériences et aptitudes

Le/La comptable doit avoir le profil suivant :

  • Être titulaire d’un diplôme supérieur (BAC+4 au minimum) en comptabilité, en gestion, en finance ou tout autre diplôme reconnu équivalent par l’Etat ;
  • Avoir une expérience professionnelle de 3 ans en tant que comptable principal ou de 5 ans en tant que comptable dans un projet financé par la Banque mondiale ou dans un cabinet d’audit ou d’expertise comptable, dans une structure privée ou publique dans un département comptabilité et/ou finance ;
  • avoir une excellente compréhension des rapports financiers ;
  • avoir une bonne connaissance d’un logiciel de gestion comptable et financière des projets de développement ; la maitrise du logiciel TOMPRO serait un atout
  • maitriser les procédures des partenaires au développement en général et de l’IDA en particulier sera un atout.
  1. Lieu d’affectation, durée du contrat et langue de travail

Le/la comptable principal (e) sera basé (e) à Niamey avec des déplacements, dans les pays du Liptako-Gourma (Burkina Faso, Mali et Niger), et la région de Tillabéry. Il/elle est recruté (e) pour une durée initiale d’un an renouvelable sur la durée totale du projet qui est de cinq ans, sur la base des résultats d’une évaluation des performances qui sera réalisée avant la fin du contrat. La langue de travail est le français. La connaissance des langues locales serait un atout.

La date de début du contrat est prévue pour le 15 octobre 2021.

  • Nature du contrat

Le (la) candidat(e) retenu(e) aura un statut de consultant.

Le Consultant sera sélectionné en accord avec les procédures définies dans le « Règlement de Passation des Marchés pour les Emprunteurs sollicitant le Financement de Projets (FPI) » de Juillet 2016, révisé en Novembre 2017 et Août 2018.

Il reste entendu que le recrutement d’un candidat fonctionnaire doit satisfaire aux dispositions de la clause 3.23 d) du « Règlement de Passation des Marchés pour les Emprunteurs sollicitant le Financement de Projets (FPI) » de Juillet 2016, révisé en Novembre 2017 et Août 2018, qui précisent que les représentants du gouvernement et les fonctionnaires du pays de l’Emprunteur peuvent être engagés pour des marchés portant sur des services de conseil, à titre individuel ou en tant que membres de l’équipe d’experts d’un bureau de consultants uniquement lorsque (i) leurs services sont d’un caractère unique et exceptionnel, ou leur participation est indispensable à l’exécution du projet; (ii) leur engagement ne créera pas de conflit d’intérêts ; et (iii) leur engagement n’enfreint aucune loi, règlementation ou politique de l’Emprunteur.

  • Critères d’évaluation

Au cas où la coordination du projet fixe au spécialiste en sauvegarde environnementale, des objectifs quantifiables (avec indication d’un système de notation, associée), l’évaluation s’effectuera sur la base de tels critères. Le contrat sera reconduit ou résilié en fonction des résultats de l’évaluation. L’expert sera informé au moins un mois avant la fin du contrat, des résultats de l’évaluation et de la décision de reconduire ou de résilier le contrat. De même, en cas de décision de l’intéressé de démissionner, il sera soumis à l’obligation de respecter un mois de préavis.

POSTE 3.       EXPERT SOCIAL

Sous la supervision de la coordination du projet, l’expert (e) social(e) du PCRSS-3F est chargé de la gestion et du suivi des risques sociaux durant la mise en œuvre du projet, ainsi que les autres dimensions sociales (afflux des travailleurs, mécanisme de gestion des plaintes). Il a pour tâches de :

  1. MISSION, RESPONSABILITES ET TÂCHES

En collaboration avec l’expert environnemental :

  • Assurer la diffusion adéquate des documents de sauvegardes environnementales et sociales (CGES, EIES, NIES, PGES etc.), approuvés et divulgués par le Gouvernement du Niger et la Banque mondiale, aux acteurs impliqués dans la mise en œuvre du projet dès son démarrage ;
  • Assurer, en collaboration avec la coordination nationale du projet et l’expert environnemental, que les principes détaillés dans le PGMO soient respectés par tous les travailleurs et entreprises ;
  • En collaboration avec l’expert environnemental : adapter les clauses sociales des DAO qui se trouvent dans l’annexe 5 du CGES, aux travaux prévus ;
  • assurer que les tableaux de devis quantitatif estimatif des DAO comportent les lignes pour les activités sociaux adéquats et/ou indiquer, le cas échéant, les clauses et dispositions visant une prise en compte effective des mesures sociales dans les documents d’appel d’offre et les contrats des sous-projets ;
  • Réaliser le tri (screening) environnemental des activités inscrites dans le projet avant leur démarrage et les classer en activités faisant : (i) sujet à étude d’impact environnemental, (ii) non assujetti à une étude d’impact environnemental mais pouvant faire l’objet de recommandations des mesures environnementales ou d’une fiche PGES simplifiée ;
  • rédiger les fiches PGES simplifiées des sous-projets et veiller à l’inclusion des mesures dans les plans d’exécution des travaux ;
  • Affiner les indicateurs de suivi tels que définis dans la section 6.1 du CGES et ainsi :
  • Concevoir les outils, initier et coordonner la collecte des données de suivi des mesures sociales et leur intégration dans le logiciel de suivi et évaluation du projet ;
  • Coordonner et superviser le renforcement des capacités des agences d’exécution et autres maîtres d’ouvrage délégués du projet sur les questions environnementales et sociales
  • Conseiller sur le matériel pédagogique et la conduite technique des éventuels ateliers de formation sur les questions sociales ;
  • Appuyer et former l’équipe du projet, les agents et structures impliqués dans le suivi social ;

Pour les questions sociales :

  1. Termes de référence lors de la mise en œuvre :
    1. Préparer les termes de référence pour l’élaboration de tout instruments de gestion de risques sociaux nécessaires pour les sous projets, y compris pour les plans d’action de réinstallation. Ces TdRs seraient validées par la Banque mondiale ;
    1. Analyser et donner un avis motivé sur les TDR et rapports d’activités des partenaires de mise en œuvre des mesures sociales du projet (entreprises, bureaux de contrôle, etc.) ;
  2. Contrôler la qualité des instruments sociaux (plan de réinstallation social préparé par les consultants recrutés afin d’assurer leurs conformités avec les instruments cadre du projet – cadre environnemental et social (CGES), plan d’engagement environnemental et social (PEES), plan de mobilisation des parties prenantes (PMPP), plan de gestion de la main d’œuvre (PGMO) – afin d’obtenir l’avis de non-objection de la Banque mondiale ;
  3. Finaliser, mettre en place et suivre le mécanisme de gestion des plaintes en conformité avec le PMPP, y compris :
    1. Assurer, en collaboration avec la coordination nationale du projet, la mise en place des différents organes (village, commune, région et national) du mécanisme de gestion des plaintes (en les adaptant aux mécanismes déjà existants et fonctionnels en les renforçant au besoin)
    1. former des membres des organes sur le contenu du Mécanisme de Gestion des Plaintes (MGP)
    1. Organiser les séances de sensibilisation et communication sur les dispositions des MGP-projet auprès du personnel et des communautés
  • Assurer la supervision des différentes activités en vue d’apprécier l’effectivité de la prise en compte des mesures sociales
  • Elaborer un rapport de mise en œuvre de toute action relative à l’acquisition de terres, restrictions à l’utilisation de terres et à la réinstallation involontaire ;
  • Élaborer les rapports (trimestriels, semestriels, annuels) sur l’état d’avancement de mise en œuvre des mesures sociales définies dans tout instrument environnemental et social du projet  CPR, PMPP, MGP, PGMO, des aspects sociaux du CGES et tout autre instrument social élaborée lors de la mise en œuvre du projet en mettant l’accent sur les facteurs de progrès et ceux qui entravent la bonne marche des mesures sociales ;
  • participer à l’élaboration du Plan de Travail et de Budget Annuels (PTBA) et des calendriers globaux d’exécution des sous projets et activités concernées pour :
    •  intégrer les mesures environnementales et définir les besoins en études et/ou audits nécessaires pour un bon suivi environnemental,
    • élaborer les termes de référence de ces études et audits,
    • assurer le suivi de la préparation, de la mise en œuvre des recommandations et la diffusion des résultats ;
  • Collaborer avec l’expert (e) en Genre et VGB, et le Suivi-Evaluation pour la production d’un rapport mensuel sur les plaintes reçues et traitées, à envoyer à la Banque mondiale ;
  • QUALIFICATIONS ET APTITUDES REQUISES
  1. Formation, expériences et aptitudes
  • Avoir un diplôme universitaire d’au moins BAC+5 en science social (sociologie, sciences politiques, psychologie, anthropologie) ou équivalent
  • avoir 5 ans d’expériences dans le domaine de la planification participative, la mise en œuvre des plans d’actions de réinstallation et études des risques sociaux d’un projet d’investissement et un projet de développement ;
  • avoir participé à des missions d’évaluation d’impacts environnementales et sociales pour des projets d’infrastructures et/ou agricoles ;
  • avoir une bonne connaissance des politiques de protections sociales au Niger ;
  • avoir une bonne connaissance du cadre environnemental et social (CES) et les politiques de sauvegardes environnementales et sociales (POs) de la Banque mondiale ;
  • Avoir une connaissance de la zone d’intervention du projet.
  1. Lieu d’affectation et durée du contrat

L’expert(e)  sociale sera basé à Niamey avec des déplacements dans la région de Tillabéri. Il/elle est recruté (e) pour une durée d’un an renouvelable chaque année sur la base des résultats d’une évaluation des performances qui sera réalisée avant la fin de ladite année du contrat. La langue de travail est le français.

La date de début de contrat est prévue pour le 15 octobre 2021

  • Nature du contrat

Le (la) candidat(e) retenu(e) aura un statut de consultant.

Le Consultant sera sélectionné en accord avec les procédures définies dans le « Règlement de Passation des Marchés pour les Emprunteurs sollicitant le Financement de Projets (FPI) » de Juillet 2016, révisé en Novembre 2017 et Août 2018.

Il reste entendu que le recrutement d’un candidat fonctionnaire doit satisfaire aux dispositions de la clause 3.23 d) du « Règlement de Passation des Marchés pour les Emprunteurs sollicitant le Financement de Projets (FPI) » de Juillet 2016, révisé en Novembre 2017 et Août 2018, qui précisent que les représentants du gouvernement et les fonctionnaires du pays de l’Emprunteur peuvent être engagés pour des marchés portant sur des services de conseil, à titre individuel ou en tant que membres de l’équipe d’experts d’un bureau de consultants uniquement lorsque (i) leurs services sont d’un caractère unique et exceptionnel, ou leur participation est indispensable à l’exécution du projet; (ii) leur engagement ne créera pas de conflit d’intérêts ; et (iii) leur engagement n’enfreint aucune loi, règlementation ou politique de l’Emprunteur.

  • Critères d’évaluation

Au cas où la coordination du projet fixe au spécialiste en sauvegarde environnementale, des objectifs quantifiables (avec indication d’un système de notation, associée), l’évaluation s’effectuera sur la base de tels critères. Le contrat sera reconduit ou résilié en fonction des résultats de l’évaluation. L’expert sera informé au moins un mois avant la fin du contrat, des résultats de l’évaluation et de la décision de reconduire ou de résilier le contrat.de même, en cas de décision de l’intéressé de démissionner, il sera soumis à l’obligation de respecter un mois de préavis.

POSTE 4.    SPECIALISTE EN GESTION FINANCIERE

Sous la supervision de la coordination national du projet, le spécialiste en gestion financière a pour mandat d’assurer toutes les tâches administratives, financière et comptables du projet dans  le respect strict des procédures de gestion administrative et financière  et des procédures de la Banque mondiale. Il doit veiller à une utilisation rationnelle des ressources mises à la disposition du projet. Il a pour principales tâches :

MISSION, RESPONSABILITES ET TÂCHES

  • organiser la gestion administrative, financière et comptable du projet en s’assurant notamment de la mise en place et du fonctionnement du système de suivi financier et comptable informatique des activités du projet ;
  • assurer la coordination du processus d’élaboration du budget en liaison avec le Responsable de la Passation des Marchés et les autres experts du projet ;
  • suivre la bonne exécution des budgets et élaborer les rapports de contrôle budgétaire périodiques et analyser les écarts ;
  • Superviser la tenue à jour de la comptabilité générale, analytique et budgétaire du projet (en tenant compte des impératifs de fiabilité, rapidité, rapprochements et reporting mensuel), la vérification des imputations comptables et le suivi de l’enregistrement comptable des opérations ;
  • assurer le suivi des opérations financière du Compte Désigné du projet (engagements, retraits, règlements, états de rapprochement bancaires)
  • préparer les plans de trésorerie, les budgets annuels et trimestriel, et assurer le suivi de leur exécution ;
  • superviser la préparation et la soumission des Demandes de Retraits de Fonds et des Paiements Directs (DRF et DPD) ;
  • contrôler toutes les pièces de dépenses avant tout règlement ;
  • assurer le suivi des cautions bancaires reçues ou données ;
  • Contrôler la caisse de menues-dépenses du projet ;
  • superviser le classement et l’archivage des pièces comptables ;
  • analyser les comptes et justifier les soldes des comptes ;
  • assurer le contrôle du brouillard de caisse;
  • produire des états financiers périodiques (Rapports de Suivi Financier ou RSF) et de fin d’exercice ;
  • contrôler les opérations de décaissements, en particulier le paiement des décomptes et des factures ;
  • élaborer un calendrier des travaux de clôture comptable de fin d’exercice et en suivre l’exécution ;
  • viser les bons de commande avant signature du Coordonnateur ;
  • procéder au contrôle du respect des clauses contractuelles à l’occasion des commandes de services ou de biens pour le fonctionnement du projet avant tout décaissement de fonds ;
  • veiller à l’application de la législation du travail en vigueur ;
  • préparer l’organisation des recrutements du personnel du projet ;
  • participer à l’évaluation des agents du projet ;
  • établir la paie et les déclarations sociales et fiscales ;
  • tenir à jour tous les registres obligatoires en matière de droit du travail ;
  • assister les organes de contrôle sociaux à l’occasion de leurs vérifications au sein du projet ;
  • dresser des plans de formation et de congés du personnel et suivre leur exécution ;
  • tenir le fichier du personnel à jour ;
  • veiller au partage des informations avec les autres membres de l’équipe du projet ;
  • préparer les projets de réponses au courrier administratif ;
  • préparer et assister le Coordonnateur dans l’évaluation du personnel.
  • Veiller au respect des règles d’utilisation des biens du projet ;
  • contrôler la codification et l’affectation des biens acquis selon des procédures permettant de les localiser et de les identifier rapidement ;
  • contrôler la gestion des stocks de fournitures et de consommables de bureaux ;
  • contrôler les inventaires physiques de biens et de stocks ;
  • préparer les rapports périodiques administratifs.

QUALIFICATIONS ET APTITUDES REQUISES

Formation et expériences.

  • Le/La spécialiste en gestion financière doit avoir le profil suivant :
  • être titulaire d’un diplôme supérieur (BAC+5) en gestion, en économie, en finance, en administration, en Comptabilité ou tout autre diplôme reconnu équivalent.
  • Justifier d’une expérience professionnelle de 5 ans minimum dans un projet, un cabinet comptable, d’audit, une entreprise, une administration publique ;
  • Justifier d’au moins 5 années d’expérience professionnelle au sein d’un projet de développement à un poste de spécialiste en gestion financière ou équivalent, Comptable principal ou d’auditeur interne ou 5 années dans un cabinet d’audit et avoir conduit des missions d’audit de projets financés par la Banque mondiale ou justifier d’une expérience réussie dans l’élaboration de manuels de procédures administratives, financières et comptables de projets financés par les principaux PTFs ;

  • Aptitudes
  • Avoir une bonne connaissance des procédures de décaissements de la Banque Mondiale ou des autres institutions multilatérales de développement ;
  • maîtriser les logiciels informatiques usuels (Excel, Word, PowerPoint) ;
  • Maitriser l’utilisation des logiciels de gestion comptable ; la maitrise du logiciel TOMPRO sera un atout

  • Lieu d’affectation, durée du contrat et langue de travail

Le/la spécialiste en gestion financière sera basé (e) à Niamey avec des déplacements, dans les pays du Liptako-Gourma (Burkina Faso, Mali et Niger), et la région de Tillaberi. Il/elle est recruté (e) pour une durée initiale d’un an renouvelable sur la durée totale du projet qui est de cinq ans, sur la base des résultats d’une évaluation des performances qui sera réalisée avant la fin du contrat. La langue de travail est le français. La connaissance des langues locales serait un atout.

La date de début de contrat est prévue pour le 15 octobre 2021.

Le consultant sera sélectionné selon la méthode « Consultant Individuel » en conformité avec le Règlement de Passation des Marchés pour les Emprunteurs sollicitant le Financement de Projets d’Investissement (FPI)” (Juillet 2016), révisé en Novembre 2017 et en Août 2018, et ouvert à tous les consultants de pays éligibles tels que définis dans les Règles de passation des marchés.

Il reste entendu que le recrutement d’un candidat fonctionnaire doit satisfaire aux dispositions de la clause 3.23 d) du « Règlement de Passation des Marchés pour les Emprunteurs sollicitant  le Financement de Projets (FPI) » de Juillet 2016, révisé en Novembre 2017 et Août 2018, qui précisent que les représentants du gouvernement et les fonctionnaires du pays de l’Emprunteur peuvent être engagés pour des marchés portant sur des services de conseil, à titre individuel ou en tant que membres de l’équipe d’experts d’un bureau de consultants uniquement lorsque (i) leurs services sont d’un caractère unique et exceptionnel, ou leur participation est indispensable à l’exécution du projet; (ii) leur engagement ne créera pas de conflit d’intérêts ; et (iii) leur engagement n’enfreint aucune loi, règlementation ou politique de l’Emprunteur.

  • Critères d’évaluation

Au cas où la coordination du projet fixe au Spécialiste en Gestion Financière des objectifs quantifiables (avec indication d’un système de notation, associée), l’évaluation s’effectuera sur la base de tels critères. Le contrat sera reconduit ou résilié en fonction des résultats de l’évaluation. Il sera informé au moins un mois avant la fin du contrat, des résultats de l’évaluation et de la décision de reconduire ou de résilier le contrat. De même, en cas de décision de l’intéressé de démissionner, il sera soumis à l’obligation de respecter le délai d’un mois de préavis.

POSTE 5. SPECIALISTE EN PASSATION DES MARCHES

Sous l’autorité de la coordination nationale du PCRSS/3F, le (la) Spécialiste en Passation des Marchés (SPM) aura la responsabilité de la passation et l’exécution des marchés prévus dans le cadre du Projet:

Sous l’autorité de la coordination nationale du PCRSS/3F, le (la) Spécialiste en Passation des Marchés (SPM) aura la responsabilité de la passation et l’exécution des marchés prévus dans le cadre du Projet:

  1. Mandat General,

Le (la) SPM sera chargé de :

  • assurer leur mise à jour périodique ;
  • es mesures prévues dans le plan d’action convenu après les missions de supervision et/ou les revues a posteriori de la passation des marchés ;
  • à jour des données et des informations liées à la passation des marchés
  • tous les acteurs de la mise en œuvre sur les procédures de passation de marchés ;
  • des mécanismes de suivi de l’exécution des contrats, des procédures et pratiques nécessaires à l’intégrité du système de passation des marchés dont le système de classement.

Plus précisément, le (la) SPM :

  • sera responsable de la mise en place d’un système de gestion de la passation des marchés comprenant (i) la planification des opérations de passation des marchés, (ii) le suivi de l’avancement, (iii) l’analyse des écarts entre les réalisations et le plan de passation des marchés ;
  • sera responsable de la qualité de l’ensemble du processus d’acquisition, notamment :
  • d’assurer l’élaboration et la mise à jour du plan de passation des marchés via STEP sur la base du PTBA approuvé par la Banque;
  • d’assurer l’obtention de l’approbation de la Banque mondiale pour les documents élaborés (Plans de passation des marchés, Termes de référence, dossiers d’appel d’offres/demande de propositions, Rapports d’évaluation, Contrats…) conformément au Règlement de la Passation de marchés de la Banque
  • de préparer et d’’assurer le contrôle qualité des dossiers d’appel d’offres, et des demandes de propositions (suivant les modèles fournis par l’IDA) ;
  • de procéder au lancement des appels d’offres (le cas échéant aux avis à manifestation d’intérêt ou présélection), selon les modes convenus dans les accords de financement, dans le STEP et au manuel de procédures du projet ;
  • Assurer la coordination des activités de passation des marchés au sein de l’UGP ;
  • Assurer la mise à disposition des dates critiques de signature des marchés importants ;
  • S’assurer de la prise de mesures idoines pour la signature des marchés dans les délais requis ;
  • Assurer l’identification des sources de retard et des problèmes dans le processus de passation et d’exécution des marchés afin de proposer des solutions de rectification.
  • de participer aux séances publiques d’ouverture des plis pour fournir des conseils et assurer le contrôle qualité des rapports d’ouverture des offres et propositions reçues, préparés par les unités techniques ;
  • d’assurer le contrôle qualité des rapports d’ouverture de plis et d’évaluation des offres ;
  • Elaborer les réponses aux demandes de clarification des soumissionnaires ;
  • Elaborer et préparer les réponses aux commentaires de la Banque sur les documents de la passation de marchés ;
  • Assurer l’examen de toute correspondance départ concernant la passation des marchés afin de s’assurer que le courrier a reçu le traitement adéquat dans le parfait respect du règlement de la passation de marchés de la banque ;
  • Elaborer les réponses à adresser suite à des réclamations de soumissionnaires afin de s’assurer que la réponse est conforme aux dispositions des textes et qu’elle répond aux questions/problématiques soulevés par le plaignant ;
  • Assurer la mise en place d’un système de classement et d’archivage (électronique et physique) effectif de l’ensemble des dossiers de marchés y compris les pièces justificatives de paiement et les procès-verbaux de réception provisoire et définitive.
  • Assurer régulièrement l’introduction de tous les dossiers de passation de marchés dans le STEP
  • Assurer un suivi de l’exécution des contrats à travers un registre de contrats
  • Contribuer au processus d’amélioration permanente pour les aspects de passation des marchés et fournir des inputs pour les manuels correspondants 
  • exécuter toutes autres tâches à lui confiées par le Coordonnateur et/ou le coordonnateur-adjoint en relation avec les tâches définies dans ses TDRs.

Afin d’éviter les situations potentielles de conflit d’intérêt qui pourraient ne pas lui permettre de donner un avis objectif dans le seul intérêt du client, le (la) SPM :

  • ne sera pas membre de la Comité d’Evaluation, ni de la Commission d’attribution des Marchés auxquelles il/elle apporte des conseils nécessaires pour le respect des règles ; il/elle pourrait cependant appuyer le secrétaire de la Commission d’attribution des Marchés ;
  • ne devra pas participer aux opérations d’exécution du marché notamment (i) les réceptions de qualité ou de quantité et (ii) le paiement ; il/elle apportera un éclairage en cas de contentieux dans l’interprétation des clauses du contrat ; et
  • ne devra pas être dans une position de gestionnaire comptable de matières.

QUALIFICATIONS ET APTITUDES REQUISES

Formation et expériences.

Le/La SPM doit avoir le profil suivant :

QUALIFICATIONS ET APTITUDES REQUISES

Formation et expériences.

Le/La SPM doit avoir le profil suivant :

Le/la spécialiste en passation des marchés sera basé (e) à Niamey avec des déplacements, dans les pays du Liptako-Gourma (Burkina Faso, Mali et Niger), et la région de Tillabéri. Il/elle est recruté (e) pour une durée initiale d’un an renouvelable sur la durée totale du projet qui est de cinq ans, sur la base des résultats d’une évaluation des performances qui sera réalisée avant la fin du contrat. La langue de travail est le français.

La date de début du contrat est prévue pour le 15 octobre 2021.

  • Nature du contrat

Le consultant sera sélectionné selon la méthode « Consultant Individuel » en conformité avec le Règlement de Passation des Marchés pour les Emprunteurs sollicitant le Financement de Projets d’Investissement (FPI)” (Juillet 2016), révisé en Novembre 2017 et en Août 2018, et ouvert à tous les consultants de pays éligibles tels que définis dans les Règles de passation des marchés.

Il reste entendu que le recrutement d’un candidat fonctionnaire doit satisfaire aux dispositions de la clause 3.23 d) du « Règlement de Passation des Marchés pour les Emprunteurs sollicitant  le Financement de Projets (FPI) » de Juillet 2016, révisé en Novembre 2017 et Août 2018, qui précisent que les représentants du gouvernement et les fonctionnaires du pays de l’Emprunteur peuvent être engagés pour des marchés portant sur des services de conseil, à titre individuel ou en tant que membres de l’équipe d’experts d’un bureau de consultants uniquement lorsque (i) leurs services sont d’un caractère unique et exceptionnel, ou leur participation est indispensable à l’exécution du projet; (ii) leur engagement ne créera pas de conflit d’intérêts ; et (iii) leur engagement n’enfreint aucune loi, règlementation ou politique de l’Emprunteur.

Au cas où la coordination du projet fixe au spécialiste en gestion financière des objectifs quantifiables (avec indication d’un système de notation, associée), l’évaluation s’effectuera sur la base de tels critères. Le contrat sera reconduit ou résilié en fonction des résultats de l’évaluation. Il sera informé au moins un mois avant la fin du contrat, des résultats de l’évaluation et de la décision de reconduire ou de résilier le contrat. De même, en cas de décision de l’intéressé de démissionner, il sera soumis à l’obligation de respecter le délai d’un mois de préavis.

POSTE 6. EXPERT EN ENVIRONNEMENT 

  1. MISSION, RESPONSABILITES ET TACHES

Sous la supervision de la coordination du projet, le (la) expert (e) environnement sera chargé (e) de veiller à la mise en œuvre du projet dans les respects des normes environnementales et sociales (NES) de la Banque mondiale et la réglementation environnementale nationale en vigueur au Niger. Ses principales tâches consistent à :

  • Coordonner toutes les questions liées aux aspects environnementaux du projet, y compris les sauvegardes environnementales ;
  • Assurer le suivi, l’évaluation, la supervision et l’évaluation rétrospective des différentes activités et sous-projets du projet en vue d’apprécier l’effectivité de la prise en compte des mesures environnementales et sociales ;
  • Veiller à ce que les principes de sauvegarde environnementale soient pleinement respectés et mis en œuvre tout au long du projet ;
  • Assurer la collaboration entre les institutions nationales et les organisations de la société civile axées sur les questions environnementales ;
  • Développer un système de coordination et d’échanges avec d’autres institutions à l’échelle communale, régionale et nationale, pour mieux prendre en compte les préoccupations environnementales et sociales à chaque niveau ;
  • Intégrer de manière proactive l’agenda environnemental dans le projet ;
  • Constituer une banque de données environnementales dans la zone du projet ;
  • Appuyer techniquement et capitaliser les expériences dans son domaine de compétence et faire le lien avec les autres domaines ;
  • Contribuer à la préparation des termes de référence, des dossiers techniques et financiers, des dossiers de consultations, d’appel d’offres et contrats de marché de service, fournitures et travaux, dans son domaine de compétence ;
  • S’assurer – en rapport avec le responsable des passations de marchés et des services techniques impliqués dans la mise en œuvre –de la prise en compte des clauses environnementales dans les Dossiers d’appel d’offres (DAO) et de leur stricte application lors des travaux ;
  • Contribuer à l’établissement des conventions avec les structures des services publics et les organisations représentatives des producteurs, niveau national et déconcentré, dans son domaine d’expertise ;
  • Suivre, contrôler et évaluer les contrats des opérateurs et prestataires de service avec les services techniques dans son domaine de compétence ;
  • Faciliter le processus d’alimentation et d’actualisation des données ; et – Participer aux campagnes d’information et de sensibilisation des opérateurs à la base
  • Participer et contribuer aux missions sur les terrains et aux rapports des missions d’appui et de supervision;
  • Exécuter toutes autres taches que lui transfert/confie la coordination qui est compatibles avec son domaine de compétence.

De manière spécifique, l’expert environnemental doit :

En collaboration avec l’expert social :

  • Réaliser le screening (tri) environnemental des activités inscrites dans le projet avant leur démarrage et les classer en activités faisant : (i) sujet à étude d’impact environnemental, (ii) non assujetti à une étude d’impact environnemental mais pouvant faire l’objet de recommandations des mesures environnementales ou d’une fiche PGES simplifiée ;
  • Rédiger les fiches PGES simplifiées des sous-projets et veiller à l’inclusion des mesures dans les plans d’exécution des travaux ;
  • Assurer, la diffusion adéquate des documents de sauvegardes environnementales et sociales (CGES, EIES, NIES, PGES etc.), approuvés et divulgués par le Gouvernement du Niger et la Banque mondiale, aux acteurs impliqués dans la mise en œuvre du projet dès son démarrage ;
  • Adapter les clauses environnementales des DAO qui se trouvent dans l’annexe 5, assurer que les tableaux de devis quantitatif estimatif des DAO comportent les lignes pour les activités/produits environnementaux adéquats et/ou indiquer, le cas échéant, les clauses et dispositions visant une prise en compte effective des mesures environnementales dans les documents d’appel d’offre et les contrats des sous-projets ;
  • Affiner les indicateurs de suivi tels que définis dans la section 6.1 du CGES et ainsi :
    • Concevoir les outils, initier et coordonner la collecte des données de suivi des mesures environnementales et leur intégration dans le logiciel de suivi et évaluation du projet ;
  • Coordonner et superviser le renforcement des capacités des agences d’exécution et autres maîtres d’ouvrage délégués du projet sur les questions environnementales et sociales
    • Conseiller sur le matériel pédagogique et la conduite technique des éventuels ateliers de formation sur les questions environnementales ;
    • Appuyer et former l’équipe du projet, les agents et structures impliqués dans le suivi environnemental ;

  • Pour les questions environnementales :
  • Analyser les activités et apprécier l’adéquation avec les exigences et les orientations du cadre de gestion environnementale du projet ;
  • Coordonner les activités liées à l’environnement entre les différents centres d’exécution et partenaires de mise en œuvre du projet ;
  • Veiller à la prise en compte des aspects environnementaux dans toutes les activités du projet ;
  • Participer à l’élaboration des plans de travail et de budget annuels (PTBA) et des calendriers globaux d’exécution des sous projets et activités concernées pour intégrer les mesures environnementales et définir les besoins en études et/ou audits nécessaires pour un bon suivi environnemental, élaborer les termes de référence de ces études et audits, assurer le suivi de la préparation, de la mise en œuvre des recommandations et la diffusion des résultats ;
  • Termes de référence lors de la mise en œuvre :
    • Préparer les termes de référence pour l’élaboration de tout instruments de gestion de risques environnementaux nécessaires pour les sous projets. Ces TdRs seraient validées par la Banque mondiale ;
    • Analyser et donner un avis motivé sur les TDR et rapports d’activités des partenaires de mise en œuvre des mesures environnementales du projet (entreprises, bureaux de contrôle, etc.) ;
  • Assurer la coordination avec les services de l’environnement aux niveaux national et délocalisé où des Points Focaux sont désignés par le Ministère en Charge de l’Environnement, et sont chargés d’assurer le suivi de la mise en œuvre par les promoteurs des mesures d’atténuation préconisées dans les EIE et les NIE des sous-projets. Ils assistent les promoteurs du projet dans le remplissage du formulaire de sélection environnementale et sociale, dans le choix des mesures d’atténuation ;
  • Aider à l’obtention diligente des avis de conformité environnementale du Ministre chargé de l’environnement ou de l’administration compétente (permis environnemental et quitus environnemental) pour le projet ;
  • Assurer la supervision des différentes activités en vue d’apprécier l’effectivité de la prise en compte des mesures environnementales ;
  • Produire des rapports trimestriels sur le suivi environnemental (niveau d’exécution, contraintes, suggestions de solutions) ; ces rapports serviront à alimenter la section ‘’Mise en œuvre des mesures de sauvegarde environnementale’’ du rapport périodique global d’avancement du Projet ;
  • Assurer une veille technique dans son domaine de compétence

QUALIFICATIONS ET APTITUDES REQUISES

Formation et expériences :

  • Avoir un diplôme de formation supérieure d’au moins (Bac+5) en gestion de l’environnement, ou ressources naturelles ou disciplines similaires ;
  • Justifier d’une expérience d’au moins 5 ans dans le domaine de la protection de l’environnement de l’évaluation et suivi environnemental ;
  • Maitriser les législations nigériennes et les conventions internationales relatives à la protection de l’environnement ;

  • Aptitudes
  • Avoir des connaissances sur les problématiques de changement climatiques et leurs effets sur l’environnement ;
  • Connaitre la problématique des questions liées aux projets d’infrastructures et agricoles et avoir une bonne capacité d’anticipation des effets/impacts des activités y afférent sur l’environnement ;
  • Avoir une bonne connaissance du cadre environnemental et social (CES) de la Banque mondiale ;
  • Avoir occupé un poste similaire et la connaissance du nouveau cadre de gestion environnementale et sociale de la Banque mondiale seront un atout ;
  • Être capable de travailler dans la zone d’intervention du projet ;
  • Avoir une maitrise de l’outil informatique et des logiciels courants (Word, Excel, Powerpoint ; internet explorer etc.).

  • Lieu affectation, durée du contrat et langue de travail

L’expert (e) en environnement sera basé à Niamey avec des déplacements dans la zone du Projet. Il/elle est recruté (e) pour une durée d’un an renouvelable chaque année sur la base des résultats d’une évaluation des performances qui sera réalisée avant la fin de ladite année du contrat. La langue de travail est le français.

La date de début du contrat est prévue pour le 15 octobre 2021

  • Nature du contrat

Le (la) candidat(e) retenu(e) aura un statut de consultant.

Le Consultant sera sélectionné en accord avec les procédures définies dans le « Règlement de Passation des Marchés pour les Emprunteurs sollicitant le Financement de Projets (FPI) » de Juillet 2016, révisé en Novembre 2017 et Août 2018.

Il reste entendu que le recrutement d’un candidat fonctionnaire doit satisfaire aux dispositions de la clause 3.23 d) du « Règlement de Passation des Marchés pour les Emprunteurs sollicitant le Financement de Projets (FPI) » de Juillet 2016, révisé en Novembre 2017 et Août 2018, qui précisent que les représentants du gouvernement et les fonctionnaires du pays de l’Emprunteur peuvent être engagés pour des marchés portant sur des services de conseil, à titre individuel ou en tant que membres de l’équipe d’experts d’un bureau de consultants uniquement lorsque (i) leurs services sont d’un caractère unique et exceptionnel, ou leur participation est indispensable à l’exécution du projet; (ii) leur engagement ne créera pas de conflit d’intérêts ; et (iii) leur engagement n’enfreint aucune loi, règlementation ou politique de l’Emprunteur.

  • Critères d’évaluation

Au cas où la coordination du projet fixe au spécialiste en sauvegarde environnementale, des objectifs quantifiables (avec indication d’un système de notation, associée), l’évaluation s’effectuera sur la base de tels critères. Le contrat sera reconduit ou résilié en fonction des résultats de l’évaluation. L’expert sera informé au moins un mois de préavis

CONDITIONS DE DÉPÔT DES CANDIDATURES

Les personnes intéressé(e)s par cette offre sont prié(e)s de préparer et déposer un dossier de candidature suivant les exigences ci-dessous :

Composition de dossier

  • signée du candidat, adressée au Directeur du Cabinet GECA-PROSPECTIVE
  • certificats et attestations de formation ;
  • copie d’une pièce d’identité en cours de validité ;

Dates et lieu de dépôt

Les dossiers de candidature complets comportant les pièces requises doivent être adresser par voie électronique sous forme de fichiers scannés en format PDF à l’adresse suivante : recrutement@gecaprospective.com avec pour objet du mail : « candidature au poste de …………………………………… » dans le strict respect des dates et heures limites fixées ; au plus tard le 21 septembre 2021 à 17h00 (GMT+1).

Seuls les candidats présélectionnés seront contactés aux adresses e-mail et téléphoniques mentionnées dans leur CV, pour poursuivre le processus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Contenus Similaires

AVIS DE RECRUTEMENT D’UN EXPERT SOCIAL POUR LE PROJET COMMUNAUTAIRE DE REDRESSEMENT ET DE STABILISATION DU SAHEL (PCRSS)/NIGER (RELANCE)/(Recrutement en cours)AVIS DE RECRUTEMENT D’UN EXPERT SOCIAL POUR LE PROJET COMMUNAUTAIRE DE REDRESSEMENT ET DE STABILISATION DU SAHEL (PCRSS)/NIGER (RELANCE)/(Recrutement en cours)

La région du Sahel est confrontée à une série de défis persistants, notamment l’insécurité alimentaire, la croissance démographique, la sécheresse, les inondations, les conflits communautaires et le terrorisme qui menacent